Nous avons été nombreux à suivre les pérégrinations de l’auteur, Vincent Lauvergne, via sa page Facebook. Nous avons pu suivre ses questionnements, ses recherches, ses tests et ses expériences pour arriver à écrire ce livre. Autant dire qu’il y a dû y avoir de fréquentes combustions magiques chez lui, et que la fumée a dû interpeler plus d’une divinité ! Le résultat est là, chez Trajectoire, dans un livre attendu par beaucoup. Après autant de communication, Vincent Lauvergne a-t-il été à la hauteur ?  Ouvrons son nouvel ouvrage, qu’il a bien voulu m’envoyer.

La couverture est attractive, tout en faisant passer un message de sérieux, limite « vieux grimoire ». Première surprise, et de taille, tout est en couleur. Chaque résine, chaque plante, trouve sa photo couleur et la mise en forme du texte est agréable, aérée, facile et agréable à consulter, ce qui nous change des choix graphiques faits dans l’ouvrage précédent de l’auteur, concernant les égrégores. Cette fois la fabrication sert le texte, et on sent le soin apporté à cet ouvrage. Il va devenir une référence, il faut donc le chouchouter.

Vincent Lauvergne est un praticien (contrairement à d’autres).

Le livre commence par une mise au point, claire et nette avec un exposé sur la méthodologie employée pour écrire une telle œuvre. Lectures, bien sûr, de sources anciennes et modernes, et tri entre ce qui est sérieux et ce qui ne l’est pas. Après avoir épluché de nombreux écrits, il convient de tester, de sentir, de prendre contact avec la substance, et il a fallu se les procurer. Ce qui, apparemment ne fut pas simple, tant les produits habituellement mis en vente sont de piètre qualité, voire, ne correspondent pas du tout à la réalité du produit. L’auteur a donc passé de nombreuses heures à chercher les bons revendeurs pour trouver les bons produits, authentiques.  Vient ensuite l’expérimentation. Et là, chose importante, qui tord le cou à d’autres auteurs au passage, le lecteur se voit interpelé sur la validité de ces derniers tests, en expliquant qu’ils sont obligatoirement emprunts de subjectivité. A première vue, c’est sérieux, c’est bien pensé, et ça me donne envie à moi, qui suis traditionnaliste et rigoureuse, de continuer à lire l’ouvrage. A ne point douter, nous ne sommes pas en présence, ni d’un livre newage avec des licornes inside, ni d’une recopie, erreurs comprises, d’anciens ouvrages poussiéreux. Voyons donc ce qu’il en est !

Les bases, pour bien comprendre

Tout d’abord, un encens c’est quoi, et quel est le rapport avec les condensateurs fluidiques, mis en avant par Franz Bardon ? Petit chapitre pour clarifier les choses, pour les persones qui découvrent le domaine principalement. Ils sont classés par correspondances pour être utilisés en magie notamment. Votre rituel, en fonction de votre objectif va faire appel à un élément, ou une planète, et Vincent Lauvergne nous introduit à la notion d’analogie, que nous retrouvons dans toutes les sciences occultes. Vous aurez donc les spécificités et les correspondances liées aux 4 éléments, puis aux 7 planètes traditionnelles de l’astrologie et de la magie, mais aussi des 12 signes du zodiaque.

Le formulaire des encens

Pour commencer, les benjoins, olibans, et myrrhes sont traités à part, tant ces résines sont connues et utilisées. C’est à ce moment que les remises en question commencent, puisque le lecteur découvrira que chaque gamme n’est pas constituée d’une résine unique, mais bien de toute une kyrielle de résines, de provenances et de propriétés différentes.IMG_0437
Puis ensuite, la partie centrale de l’ouvrage, c’est la liste des résines d’abord, les bois ensuite, puis les racines et les graines et pour finir, les feuilles, fleurs et fruits. Rien que ce classement promet du lourd. Voyons ce que propose chaque substance cataloguée.
C’est impressionnant, et c’est le livre le plus complet que je connaisse sur le sujet. Bien entendu, non seulement le nom de chaque substance est donné, mais vous aurez un élément indispensable pour vous la procurer, le nom botanique en latin, le seul qui vous assure que la plante, la substance est bien celle que vous cherchez et pas une autre. Les provenances possibles sont également précisées, et les autres noms éventuellement attribués. Vous trouverez la composition, et la description de l’aspect de ladite substance, avec, à chaque fois, une magnifique photo pour se rendre compte de l’apparence du produit. C’est vraiment très bien, il y en a 120 en tout. Et parfois, une citation d’auteur, qui apporte réellement un plus de compréhension est reproduite. Notons qu’une description de l’odeur peut éventuellement mener vers une classification en analogie. L’auteur y ajoute aussi l’utilisation commune de la substance, au niveau médicinal quand c’est possible, ce qui peut vous mener à vos propres recherches pour en savoir plus, mais ce qui nous intéresse nous, c’est l’utilisation magique. Un paragraphe est systématiquement donné sur le sujet, aussi complet que possible, issu des écrits de ses prédécesseurs sérieux, et de ses expérimentations.IMG_0438
Une petite liste clos chaque substance pour indiquer, d’un seul coup d’œil, les utilisations principales du produit, et ses principales correspondances.
Un élément FONDAMENTAL nous est en plus, donné : Où se procurer ladite substance ? En effet, l’auteur n’insiste jamais trop sur les faux produits ou de qualité insuffisante en vente dans les échoppes les plus connues. Il convient donc de s’orienter vers des produits contrôlés, de qualité. Et là, c’est un travail titanesque que Vincent a fait : Il donne pour chaque produit, LE vendeur sérieux chez lequel il a trouvé le meilleur produit. Ça c’est un plus, parce que maintenant, le lecteur peut passer du livre à la pratique sans se casser la tête. Beau travail. C’est indéniablement un livre qui fera date. Mais ce n’est pas fini.

Du livre à la pratique

Le mélange de substance n’est pas forcément optimal, et pour que la recette prenne, il faut parfois ajouter des adjuvants afin d’améliorer la combustion et la libération des vibrations via la fumée qui doit fournir la sensation de la correspondance recherchée (l’odeur doit vous transporter dans l’univers de Mars, de Jupiter, du Feu ou de l’Eau…). Vous apprendrez également à les conserver au mieux, pour que vos précieux encens et mélanges gardent le plus longtemps possible leurs propriétés. Un imposant chapitre vous enseignera comment préparer vos encens, et évidemment vous aurez les recettes les plus connues selon les traditions, ce qui vous évitera de compulser de nombreux grimoires : Picatrix, Agrippa, Boucher, Ambelain, et même la Bible (et oui, il y a des recettes d’encens dans la Bible, et aussi des rituels magiques : lisez là 😉 ). L’auteur en profite pour ouvrir son propre grimoire et livrer quelques recettes de sa composition.

Et les condensateurs fluidiques là-dedans ?

C’est en fin d’ouvrage que nous entrons dans le domaine des condensateurs fluidiques, avec une rapide explication du concept. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, car ce n’est pas le principal dans le livre. Vous aurez un aperçu de ce qu’est un condensateur, en passant notamment par le plus connu de tous, le cristal de roche, que tout le monde a déjà dû programmer une fois dans sa vie. Viennent ensuite les condensateurs liés aux éléments, les solides, les liquides, et même les gazeux (aériens).

Un livre fort complet

Si l’on compte les annexes, avec des cadrans radiesthésiques pour tester vos substances, vous avez un imposant tableau récapitulatif des substances par ordre alphabétique, avec leurs propriétés et leurs analogies. C’est parfait. IMG_0439Et un index finit utilement le livre. Deux autres tableaux, prennent la liste dans l’autre sens, c’est-à-dire en recherchant par les analogies des éléments et des planètes. D’un seul coup d’œil, vous saurez tout de suite quelles substances correspondent avec Mars, Saturne ou l’Air. Il ne reste plus qu’à se rapporter au produit correspondant dans le livre pour tout savoir à son sujet.

C’est un livre complet et abouti. En étant moi-même praticienne, je ne vois pas ce qu’on pourrait y rajouter, tant les informations que je cherche sont contenues dans ce livre. Clairement, mes deux références sont :

  • « Le traité des encens » de Vincent Lauvergne
  • « L’art de composer les encens et les parfums magiques selon la Golden Dawn & l’A:. A:. » de Fred MacParthy et Dominique Dubois

C’est tout !
Lorsque je ritualise en fonction d’un Ordre ou d’un groupe initiatique, je n’utilise que les mélanges prescrits dans les rituels. Mais dans une magie plus libre, naturelle ou cérémonielle, ces deux livres mentionnés plus haut, sont d’une utilité cruciale.
Bravo à Vincent Lauvergne qui a produit une nouvelle référence en la matière, ce qui balaie d’une seule main les ouvrages, même récents, sur le sujet qui ne sont basés sur aucune recherche sérieuse (voir à ce sujet l’imposante bibliographie, très claire concernant certains ouvrages peu sérieux).

En bref, coup de cœur, total, déjà utilisé dans mes compositions, j’ai fait des découvertes utiles pour moi. Oui, j’adore et je conseille ! Le pari a été tenu, avec classe.

Pour commander le livre : http://www.editions-trajectoire.fr/livre-66117-Traite-des-encens-et-des-condensateurs-fluidiques.html

Présentation de l’éditeur :

La magie est basée sur les pouvoirs et lois naturelles. Aussi, elle se doit d’utiliser des outils rituels dont la provenance et la qualité sont assurées. Or, l’ésotérisme n’ayant pas échappé aux dérives du marketing, il est devenu très difficile de se procurer des encens fiables (appellations confuses, compositions aléatoires, préparations chimiques en laboratoire). Le traité que propose Vincent Lauvergne renoue avec une authenticité qui fait cruellement défaut aujourd’hui. Pour ce faire, il a mené ses recherches en consultant plusieurs centaines de manuscrits fondateurs dans le but de rassembler des connaissances issues de divers domaines (magie, botanique, anthropologie, histoire…). C’est ensuite par le biais de l’expérience qu’il a affiné les résultats compilés dans cet ouvrage. Plus de 120 végétaux sont étudiés et classifiés en fonction des matières premières (les résines, les bois, les racines et graines, les feuilles, fleurs et fruits) illustrées en couleur. Toutes les propriétés magiques associées sont répertoriées et de bonnes adresses pour s’approvisionner sont recommandées. Par cette somme, l’auteur donne également au lecteur les moyens de personnaliser ses choix et ses usages des encens (matériel et adjuvants nécessaires, modes de préparation et de conservation). Enfin, Vincent Lauvergne dépoussière quelques résines oubliées et recettes anciennes, s’inscrivant dans la continuité de l’art du parfumeur. Admirable travail de compilation et de synthèse, agrémenté de tableaux récapitulatifs faisant le pont avec toutes les analogies pertinentes, ce traité œuvre pour que les inestimables savoirs ancestraux ne partent pas en fumée.

Publicités