C’est toujours une joie de lire un livre de Hiérosolis. Nous avions apprécié son très fameux « Élément d’occultisme occidental » dans lequel il a mis beaucoup de lui-même, plutôt que de reprendre des éléments maintes fois reproduits. Il remet le couvert, chez les Editions Hermésia, du groupe Alliance Magique, qui m’a fait l’amitié de m’envoyer le livre par son Service Presse pour chronique éventuelle. Et bien sûr, que je le chronique, tellement il est bien !

Hiérosolis n’est pas un débutant en pratiques occultes en général et magique en particulier. Il a longuement étudié la question au gré de son parcours initiatique et a dépassé les enseignements pour faire siennes les techniques présentées dans les livres, pour les expérimenter, et les dépasser. C’est à ce moment-là que c’est intéressant, quand l’expérience transcendante nous sépare du blabla généralement admis pour atteindre un niveau où la compréhension se fait intimement. Et dans les livres de cet auteur, on peut profiter de ce partage pour avoir envie, nous aussi de partir en quête de pratique, et de passer du simple « savoir » à la « connaissance ».

Un livre accessible à tous

À tous, bien que je ne sois pas fondamentalement favorable à ce que des débutants commencent leurs explorations magiques avec de la magie évocatoire. Il y a d’autres magie, plus simples, plus gratifiantes au début, et surtout moins risquée que de se lancer dans la communication avec des entités extérieures. Ceci dit, chacun fait bien comme il veut, et la volonté de l’auteur est de reprendre tout au début, les notions de base de cette magie, en guidant utilement l’opérateur dans les méandres de cette pratique particulière. Ici, et dès le début, on sent, via les conseils donnés, que Hiérosolis parle en connaissance de cause. Il pratique, beaucoup, et depuis longtemps. Ça se sent, ça se lit, et la multitude de conseils très pratiques donnés çà et là dans l’ouvrage ne peuvent venir que d’un pratiquant. N’importe quel occultiste voit immédiatement la différence entre la prose d’un pratiquant, et celle d’un théoricien qui n’a guère touché à la pratique. Et là, mes amis, vous ne serez pas déçus : ça dépote.IMG_0152

Il faut commencer par le commencement, et la première partie du livre concerne la Lune, en tant qu’astre luminaire, satellite naturel qui tourne autour de notre planète. Puis, au gré des paragraphes, le lecteur découvrira que son voyage la mène à transiter dans des maisons lunaires. Celle-ci faisant grosso-modo une maison par jour. Chaque maison étant en analogie avec une planète traditionnelle (comprendre sans trans-saturnienne). Notons au passage que l’auteur fait largement référence aux livres qui eux-mêmes sont des références, comme le très fameux Agrippa (De la philosophie Occulte) et le non moins fameux Picatrix. Il nous parle aussi de la différence entre zodiaque sidéral et tropical, long débat que Hiérosolis traite avec tact.

Mais en tant qu’auteur, il se mouille. Il ne fait pas que reprendre les informations et données issues des références ci-dessus citées. Il pratique, avec tous les anges, les 28, et reviens dans le monde d’Assiah avec des informations toutes fraîches, notamment sur le nom corrigé de nos amis messagers célestes. C’est osé, et certains ne manqueront pas de critiquer, et pourtant je trouve l’idée intéressante et courageuse. Idée que beaucoup devraient reprendre par la pratique, c’est un bon point de départ.

Les demeures lunaires

Une grosse partie du livre, celle qui vous intéressera une fois les bases acquises, concerne les fameuses maisons lunaires (Le passionné pourra aussi lire le livre de Volguine : « l’Astrologie Lunaire »). Chacune est décrite sur deux ou trois pages, en reprenant les coordonnées des maisons, l’étoile correspondante, son nom dans les différents ouvrages de référence, le nom de l’ange concerné, de la planète et de l’élément en analogie. Une description tirée et du Picatrix, et de l’Agrippa permet au lecteur de comparer les écrits anciens avec le commentaire moderne et éclairé par la pratique de l’auteur. Pour finir, vous aurez le sceau d’évocation de l’ange concerné, tracé à partir du carré magique de la Lune en hébreu, comme une annexe le démontre très clairement et complètement pour chaque ange. Et là, j’insiste pour dire que c’est complet et bien fait, et que celui qui cherche, trouvera !

Les rituels d’évocation

J’ai bien écrit LES, et non LE ! Parce que l’auteur en a créé trois différents, pour que tout magiste, quelle que soit sa provenance initiatique, puisse trouve son bonheur. Tout d’abord et bien sûr, le premier rituel reprend le système Golden Dawn. Donc là, tous ceux qui sont familiarisés avec le système pourront ouvrir le Temple immédiatement et pratiquer sans peine. Le rituel est bien sûr à base d’hexagrammes lunaires, il est bien écrit, les incantations sont inspirantes et permettent à l’opérateur de se projeter facilement au-delà du monde d’Assiah. Mieux encore, le rituel est tellement bien décrit, que celui qui ne connaît pas bien le système GD, pourra s’y adonner avec un peu de travail.

Un deuxième rituel, toujours en magie cérémonielle, détaché cette fois-ci de tout système, est propre à l’auteur. Dans ce dernier rituel, l’hébreu est largement expurgé, même la croix kabbalistique est reprise avec des éléments plus génériques, et les incantations sont belles et magnifiques. Hiérosolis a un talent certain pour en écrire, son talent doit être reconnu, apprécié, et utilisé en Temple ou en Loge.

Le troisième rituel, quant à lui est beaucoup plus simple. Plus accessible aux personnes qui viennent des mondes païens, wicca, druidiques et autres.

Notons que, quel que soit le rituel en œuvre, l’auteur nous incite à utiliser la Table de Pratique de l’Abbé Jean Trithème, qui a commis d’excellent ouvrages de magie et de cryptographie à la fin du 15esiècle. Donc, vous avez la méthode pour le créer, ainsi qu’un lamen évocatoire pour converser avec l’ange choisi. Vous complèterez votre rituel par des bougies de couleur en convenance avec la planète en analogie avec la demeure, mais aussi avec l’ange appelé, et les tableaux de correspondances vous assisteront dans ces délicats choix. C’est la même chose pour le choix de l’encens à faire bruler dans la cassolette. N’oubliez pas d’utiliser, un miroir noir, ou une boule de cristal pour communiquer. Soit vous vous procurez un miroir noir chez Salazius, dont le site est donné dans le livre, comme référence, soit vous avez la recette pour vous en fabriquer un. Cette dernière solution apparemment simple, me paraît très audacieuse. Personnellement, je préfère me procurer un tel outil chez quelqu’un qui en fabrique avec grande industrie depuis longtemps comme notre ami Salazius.

La communication

À la fin de l’ouvrage, vous saurez comment vous adresser à l’ange choisi, quoi lui demander, et comment le comprendre, car celui-ci ne vous parlera probablement pas de vive voix. C’est bien dommage, mais nous sommes là dans un monde qui communiquera avec nous sous forme de symboles qu’il conviendra de comprendre. Vous vous adonnerez ensuite aux offrandes dont la teneur est conclue entre vous et le messager.

Un outil de pratique zéro blabla zéro tracas !

Voilà un live qui ne prend pas la tête avec de grandes et longues théories, ni avec de la moralisation à l’encontre des fous qui s’adonnent avec viles pensées à l’occultisme. Hiérosolis fait le choix d’apporter la théorie pour conforter la pratique, et nous donne les outils pour le faire. C’est simple, complet, didactique et sans bavure. De la pratique, encore de la pratique et toujours de la pratique, sans enfumage, sans concession, ni secret qui se gardent au sein de la famille, ou qui ne se transmettent que par stages très chers. On ne peut pas être déçu avec ce livre, et même les débutants y trouveront les bases de la magie évocatoire. Idéal pour commencer, et même pour explorer d’autres types d’entités, comme les entités élémentales ou zodiacales par exemple. Il y a de quoi faire et je renvoie volontiers au livre de Franz Bardon « La pratique de la magie évocatoire » pour continuer l’exploration des mondes supérieurs, voire à la Goëtia, pour les mondes inférieurs.

Un livre qu’il ne faut pas louper, encore une fois, Hiérosolis nous transmet un bel outil avec générosité, à nous de le saisir et de l’utiliser. Il n’y a plus aucune excuse 🙂

Pour commander le livre chez l’éditeur : https://www.alliance-magique.com/occultisme-kabbale/134-la-magie-des-28-anges-lunaires-9791094877135.html

Présentation de l’éditeur :

Parler de magie lunaire évoque souvent des images de rituels de pleine lune, la nuit au centre d’un cromlech sur une colline déserte ; ou des cérémonies nocturnes, délicates et parfumées, dans une pièce éclairée de bougies. On l’associe rarement à la magie cérémonielle, moins encore à la Kabbale. Et pourtant l’expérience montre très vite l’importance de la Lune, de ses phases et de ses aspects, dans la pratique magique. Les anges qui gouvernent chaque jour du cycle lunaire sont donc d’une grande importance pour tous ceux qui pratiquent la magie cérémonielle. L’auteur s’est penché sur la question et ce manuel pratique nous livre le fruit de ses recherches.

Publicités