Pour parler des origines du Tarot, ce que bien des livres ont déjà faits de manière plus ou moins réussie, il faudrait un auteur qui soit un passionné, doublé d’un pratiquant qui sait ce que l’on peut obtenir. Il faudrait aussi que cette personne soit historienne, éventuellement spécialisée dans les livres anciens, les manuscrits, et qu’elle ait accès à des archives pouvant illustrer ses propos, ses analyses. Isabelle Nadolny est tout ça ! Elle travaille en plus à La Bibliothèque Nationale de France à Paris, où elle peut consulter des milliers de documents archivés pour en tirer toutes les informations utiles. Elle nous donne aujourd’hui à lire un livre qui fera autorité dans le milieu.

Lorsque l’on ouvre un livre sur l’histoire du Tarot, on trouve la plupart du temps des théories liées à l’étude plus ou moins sérieuse des lames. Très souvent l’auteur part dans des concepts, voire des délires, à l’instar des écrits de la fin du 19esiècle, ou ceux du début du 20equi perdent le lecteur dans les abîmes de l’Egypte ancienne, de la Kabbale juive, ou encore de l’Inde des Maharadjas.

Finalement, aujourd’hui, nous ne savons que peu de choses sur ce jeu, utilisé pour le divertissement, ou dans la version que nous connaissons tous, à des fins divinatoires.

Un (très) beau livre

Clairement ici, nous n’avons pas reçu de la part du Service Presse des éditions Trajectoires, un livre proposant d’apprendre par coeur les 78 lames du jeu, ou encore de proposer des tirages tous plus exclusifs les uns que les autres. Non. Ici, nous allons parler d’Histoire. Et pour cela l’auteur n’est pas avare d’illustrations nombreuses, diverses, IMG_0131variées et d’excellente qualité. Et pour que l’expérience de lecture soit la plus agréable possible, il convenait d’en faire un beau livre documentaire. Couverture cartonnée, papier mat couché d’un beau grammage, et d’un grand format. Evidemment, le tout est en couleur pour apprécier les très nombreux documents.

C’est une belle réussite, qui comble le lecteur passionné, qui ne peut qu’être émerveillé devant les reproductions, dont beaucoup sont inconnues du grand public. Nous allons en prendre plein les yeux.

Tout commence par l’antiquité, et même avant.

Il était difficile de parler de l’histoire du tarot sans parler de ses ancêtres. L’Humain a toujours vu dans le hasard, des marques du destin, et des augures. C’est dans l’antiquité IMG_0133que les pratiques divinatoires se sont structurées avec des outils reconnaissables et dévolus à cette seule pratique. Dés, osselets, et autres jeux faisant intervenir le hasard étaient utilisés, soit pour des enjeux tout à fait sérieux, séparant un gagnant d’un perdant, soit, très vite pour lire les marques du destin. Puis vinrent les cartes. C’est à la fin du 14esiècle que les premières traces apparaissent dans des écrits officiels et viendraient d’orient, probablement d’Egypte en passant par l’Italie. Les premiers jeux de cartes se structurent au niveau des couleurs et des symboles, et sont largement diffusés grâce à l’apparition au même moment des gravures et des machines à reproduire. Du coup l’auteure nous donne la signification du symbolisme des 4 couleurs, en les comparant les uns aux autres, par rapport aux auteurs anciens, occultistes ou non, de Kaplan à Jodorowsky en passant par Court de Gébelin et Oswald Wirth.

Puis vous suivrez le Tarot, depuis l’Italie jusqu’à nous, avec ses différentes déclinaisons et les noms des cartes qui évoluent avec les années et les siècles qui passent.

Le Tarot de Marseille

C’est au début du 16esiècle que le mot « Tarot » fait son apparition en France, et nous découvrons au fil des pages, dans un texte riche en informations, son évolution, jusqu’à sa version dite « De Marseille ». De nombreux tarots, venant de divers endroits de France se partagent le marché, mais c’est à Marseille que de nombreux cartiers ont connu la prospérité, et notamment Nicolas Conver qui a imprimé en vendu des jeux de cartes, avec des moules à cartes achetés, puisque la date du Tarot « Conver » est antérieure à celle de la naissance du maître cartier.

Et finalement, cette force économique des cartiers marseillais a produit une véritable tradition De Marseille dès 1856, date à laquelle on parle pour la première fois d’un « tarot de Marseille ». A un point que cette « marque » fut vite reconnue par tous, et donna son nom à un Tarot, quand bien même il n’est pas fabriqué à Marseille.

Application divinatoire

L’auteure nous emmène au Moyen Âge pour explorer avec le lecteur les différents moyens de divination. Chapitre passionnant s’il en est. Toujours dans un texte très riche en date, sources et information, le lecteur apprendra comment le Tarot s’est imposé, tardivement, dans la pratique divinatoire. Pour cela Isabelle Nadolny, décrit le contexte en France, notamment au niveau occulte et initiatique, avec les influences de la Franc-Maçonnerie, celles de l’égyptomanie, et des différents auteurs et praticiens qui ont publié sur le sujet, avec leurs analyses et commentaires. À ce stade, nous avons ici un très large aperçu de ce qu’est le tarot occultiste, tout en étant très précis, sans avoir à lire tous les auteurs. Un beau voyage aux cours des siècles passés, à la lumière des grands auteurs occultistes. Bravo

Les 22 arcanes majeurs

Tout le monde le sait maintenant, le Tarot est composé de 22 arcanes majeurs (arcane est un garçon !) et de 56 mineurs. Les 22 majeurs sont largement utilisés, et bien souvent seuls, les mineurs souvent tirés pour préciser un tirage » n’ont pas la même côte. IMG_0132Toujours est-il que ce sont les 22 arcanes majeurs qui sont majoritairement utilisées dans les tirages divinatoires. Dans ce dernier chapitres, les 22 cartes sont décrites, par leur symbolisme, mais aussi par leurs significations divinatoires, et là, coup de maître (!) reprises par les différents auteurs (Papus, Wirth, Marteau) en les mettant côte à côte, pour mieux saisir les différences de points de vue. Là, j’avoue que j’ai été agréablement surprise par cette idée. Les illustrations qui sont proposées sont de toute beauté, en plus, et c’est avec un réel plaisir qu’on en apprend toujours plus sur le tarot.

Un outil INDISPENSABLE !!!

Je travaille avec le Tarot de Marseille depuis que j’ai 18 ans, et j’ai 45 ans aujourd’hui. Autant dire que j’en ai usé des jeux ! Symbolisme, utilisation initiatique, et surtout divinatoire, j’utilise le Tarot conjointement avec l’astrologie, et c’est d’ailleurs pourquoi, la Roue Astrologique est un tirage de mes préférés. Et bien, malgré cette passion pour le Tarot, qui ne date pas d’hier, j’ai appris, j’ai appris énormément sur ce jeu, qui est et restera mystérieux. L’auteure en effet, détaille bien ses recherches et insiste sur ce qui est certain (prouvé par l’Histoire et les documents), et ce qui reste plausible. Et sur bien des sujets, le Tarot reste un jeu bien mystérieux avec des influences tantôt alchimiques, astrologiques, maçonniques, ou encore kabbalistiques… À voir selon l’utilisateur…

Toujours est il que vous avez accès à une très riche et commentée bibliographie, livres et jeux de tarots. Rien que ces pages valent de l’or pour qui veut aller plus loin. Notez également que ma maigre tentative de résumer cet ouvrage n’est pas à la hauteur du contenu éditorial. Nous avons là un travail remarquable et complet, s’il est possible d’être complet face aux brumes de l’Histoire.

Ce livre est beau. Ce livre est gavé à craquer de textes simples à lire, mais complets. Ce livre est un must absolu pour qui s’intéresse au sujet. Je suis rarement subjuguée par un ouvrage, mais là, chapeau bas. Une vraie réussite d’Isabelle Nadolny, et des éditions Trajectoire. À s’offrir ou à s’offrir, voire les deux 🙂

Pour commander le livre chez l’éditeur : http://www.editions-trajectoire.fr/livre-64489-Histoire-du-tarot.html

Présentation de l’éditeur

L’histoire du tarot est fort méconnue. Si de nombreux livres abordent sa pratique ou ses significations, les rares publications historiques existantes circulent peu en dehors du cercle des chercheurs. Isabelle Nadolny entend y remédier en proposant au grand public un vaste panorama du tarot à travers les siècles. Cette présentation est assortie d’illustrations issues des fonds de la Bibliothèque nationale de France, de collections privées ou publiques, qui, pour certaines, sont publiées ici pour la première fois. Toute personne ayant prêté attention à ces cartes à la fois simples et mystérieuses est naturellement amenée à se poser quelques questions : sait-on vraiment d’où vient le tarot ? Comment fut-il constitué et dans quel but ? N’est-il qu’un modeste jeu de cartes, et si oui, pourquoi est-il devenu un des piliers de l’ésotérisme contemporain ? Le néophyte intrigué et le praticien expérimenté trouveront dans ces pages un compte rendu des connaissances actuelles sur le tarot et son histoire, basées sur les documents d’archives, l’iconographie originale, des textes et tarots anciens. Bien loin de vouloir imposer une vision, l’auteure livre le fruit de ses recherches par le biais de cette prudente grille de lecture : ceci est avéré, ceci est probable, ceci est incertain. De nombreuses reproductions enrichissent cet exposé historique, en commençant par les tarots Visconti aux splendides enluminures. Depuis le berceau antique, où déjà jeu et divination s’entremêlent, au Moyen Âge dans lequel s’ancre aussi la symbolique des couleurs et figures, des œuvres de la Renaissance italienne au mouvement occultiste français du XIXe siècle, l’Histoire est convoquée pour expliquer le tarot. Entre autres trouvailles, l’auteure dévoile également dans ce beau livre les plus anciens tirages et interprétations du tarot. Extraits du fond des âges de la cartomancie, certains de ces écrits n’avaient jamais été divulgués jusqu’alors. Explorez les arcanes d’un système pluriséculaire, joyau culturel de l’Europe.