Sesheta Publications publie en ce moment la traduction d’un livre Allemand du 19e siècle reprenant les enseignements d’un ordre maçonnique ancien, très versé dans les cursus ésotériques, et même occultes. Dans cet ordre, on y acceptait des membres de confession juive, et on s’octroyait un petit coté rosicrucien, et on y apprenait la Kabbale, l’Hermétisme, la Magie, l’Alchimie, tout en conservant une manière de penser très maçonnique. Tiré à seulement 200 exemplaires numérotés, cet ouvrage révèle l’enseignement rare et précieux d’un groupe de personnes ayant la ferme volonté d’œuvrer pour l’évolution spirituel de l’Homme. Ressemblant à aucun rite que l’on peut fréquenter et travailler en Loge de nos jours, c’est avec un regard nouveau que j’ai entrepris de découvrir cette façon de travailler en Atelier, et ces enseignements poussant l’adepte à se poser des questions pour aller plus loin.

Comme toujours, Fred MacParthy sais où trouver des perles rares, des textes gorgés d’enseignements à exhumer des archives oubliées pour les rendre accessibles aux chercheurs. Ici, les chercheurs seront surtout Francs-Maçons, puisque c’est bel et bien d’un Ordre maçonnique dont il est question ici, qui n’acceptait ses adeptes qu’à la condition qu’ils soient déjà Maître d’une Loge régulière.
Je commencerais donc par parler de la traduction de l’Allemand vers le Français. Et là, chapeau bas à la traductrice, Béatrice Descamps, qui a fait un remarquable travail, où sa patience a due être mise à rude épreuve. Mais le résultat est superbe. Non seulement le texte est facilement lisible, clair et coule tout seul… Mais on retrouve en plus la saveur de l’ancien style d’écriture du 19e siècle, et l’on ressent cette forme d’expression utilisée alors, pleine de tournures que l’on ne retrouve que dans les poésies de nos jours.
L’introduction ciselée et mitonnée aux petits oignons

Et comme d’habitude, chez Sesheta Publications, l’introduction est un élément essentiel du livre. Cette petite maison d’édition a réussit en quelques années, à faire d’une partie du livre que généralement bien peu lisent, une étape obligatoire et indispensable pour rendre compréhensible les pages qui suivent, et remettre l’œuvre dans son contexte d’origine. A tel point que beaucoup d’autres éditeurs suivent l’exemple, et peaufinent autant que ce peut leur partie introductive. Aujourd’hui un livre qui sortirait avec une présentation insuffisante ou bâclée serait, une déception pour le lecteur.
Ici, la présentation nous emmène dans une remontée du temps, jusqu’au 18e siècle, et nous décrit le contexte historique, et les Ordres Initiatiques présents et qui font plus ou moins autorité. On découvre la genèse de l’Ordre des Frères de St Jean d’Asie, qui passe par plusieurs groupes plus ou moins réussis, et tous avortés pour donner au final l’Ordre des Frères & Chevaliers de Saint Jean L’Évangéliste d’Asie en Europe. Vous y découvrirez les personnages principaux, qui ont fondé, mais aussi ceux qui y sont entrés sur le tard, mais qui par leur apport occultiste ont laissé une trace importante dans les enseignements, tant hermétiques que kabbalistiques.
Il est à noter qu’après moult tergiversations, négociations, et désaccords, ce groupe maçonnique fut le premier à accepter dans une Loge adaptée, bien sûr, les Frères de confession juive, ouvrant par là même une universalité encore inédite pour l’époque, et l’ouverture vers un savoir que les juifs pouvaient apporter de par leur culture.
Les auteurs de cette passionnante présentation (qui fait quand même une cinquantaine de pages), recensent les influences de l’Ordre dans les enseignements des Ordres Initiatiques occidentaux des 19e et 20e siècles, notamment au travers des exemples de la Golden Dawn, et de l’O.T.O.
Il est donc évident que ce travail de connaissance et d’appréhension des spiritualités orientales, comme la kabbale adaptée à la vision chrétienne et biblique, et qui fut une très haute préoccupation des Frères, a été un socle solide sur lequel se sont basés quantités de chercheurs en occultisme initiatique dans le 19e siècle, mais aussi au début du 20e.
Si cette influence est toujours présente, y compris dans certains hauts grades maçonniques, n’oublions pas que l’Ordre n’acceptait que des Frères ayant déjà un parcours maçonnique supérieur à la maîtrise, et qu’ils devaient le prouver lors de leur candidature.
Des rituels et des enseignements

Voilà tout l’intérêt du livre, c’est qu’il précise non seulement l’organisation des grades et de « l’administration » de la Loge, mais vous avez ici réuni, les rituels et les enseignements des 3 premiers degrés.
On commence les festivités avec les règlements généraux qui nous apprennent qui peut rentrer dans l’Ordre, et qui ne peut pas. On en sait plus sur les éventuelles sanctions prises en fonction de fautes plus ou moins graves commises par les membres. Tout est passé au crible, des sommes à payer en passant par les tenues vestimentaires obligatoires pour assister aux Tenues, vous saurez tout sur la vie de l’ordre et de son organisation, de sa hiérarchie. Et même des procédures de nomination des Frères aux postes clefs sont décrites complètement.

C’est un passage très complet qui montre la vie initiatique de cette époque. Certains détails peuvent faire sourire, et la traduction nous offre le style de l’époque, on a donc l’impression d’être plongé dans un monde connu (pour les Maçons), mais teinté d’une légère désuétude toute poétique. Cet aspect documentaire est précieux, et nous montre que la Maçonnerie d’aujourd’hui est bien plus souple que celle d’hier, et qu’elle était alors réglée comme du papier à musique pour une vie Initiatique toute tracée pour celui qui s’adonne au travail.
Et du travail il y en a !
Les enseignements fournis peuvent, eux aussi, faire sourire, puisque nos connaissances en Gnose, en Kabbale et en Alchimie aujourd’hui sont relativement abouties grâce aux documents auxquels nous avons accès. Là aussi, c’est avec une vision de l’époque où on eu lieu les rédactions des enseignements que nous pouvons comprendre leurs points de vues, tout à fait intéressants au passage, et formateurs encore aujourd’hui. Je me suis même surprise à reprendre une idée de l’époque pour la développer dans une planche qui elle, est bien tracée d’aujourd’hui.
Les rituels d’initiation sont donnés pour les 3 premiers degrés. Avec les détails des déplacements dans le Temple, et les tenues vestimentaires à adopter pour l’occasion. Il y a même les deux fêtes décrites, pour le nouvel an, et celle de St Jean l’Évangéliste.
Mais le plus intéressant à mon sens, ce sont les enseignements consécutifs à ces initiations. Ils sont complets et peuvent apporter, par une certaine naïveté, la compréhension pour un chercheur d’aujourd’hui, perdu dans des textes parfois fermés.
Ici, quand on les lit, on sent que c’est un Frère qui instruit un autre Frère, et que le but n’est pas de se faire valoir par des mots incompréhensibles, mais d’aider le récipiendaire à évoluer. Un enfant pourrait comprendre, en prenant le tout, dès le début et en suivant la voie tracée.
Alors forcément on commence par du symbolisme, lié aux 7 planètes, métaux, notes de musique. Puis on continue avec les bases de l’alchimie, avec le Feu du Ciel, l’Air et l’Eau, puis le plus dense des principes, la Terre. Les mêmes sont aussi représentés et longuement expliqués dans le contexte des 4 éléments, leur organisation, et leurs représentations dans notre monde matériel.
Au gré des lectures des enseignements, on y appendra beaucoup sur la Genèse, la Kabbale, et même quelques bases d’Angélologie, d’Alchimie et de Magie.
Il est difficile de rendre compte de l’importance des enseignements tant il sont nombreux, et imbriqués de sorte qu’ils ne peuvent être séparés, mais qu’au contraire, les connaissances se mêlent pour donner une cosmogonie cohérente, dont la trame est toujours en vigueur pour les occultistes du 21e siècle.
Une maçonnerie oubliée ?

Si les enseignements et l’organisation de cet Ordre Maçonnique ont pu inspirer des Société secrètes Initiatiques, il est vrai qu’en terme de Maçonnerie pure, ce courant est peu connu, voire oublié.
Se pencher sérieusement sur son histoire, sa genèse, et sa façon de penser est extrêmement rafraîchissant, surtout pour ceux qui pensent que la Franc-Maçonnerie d’aujourd’hui s’endort sur ses lauriers et compte beaucoup trop de profanes en tablier.
Le travail est pourtant le socle d’une Loge, d’une Obédience, et bien souvent celui-ci fait défaut au profit de représentation bling-bling. Mais ces Frères des siècles passés nous rappellent que la discipline, l’ouverture, et le travail acharné sont les fondations nécessaires pour toute évolution initiatique vers l’accomplissement du Grand Œuvre.
Ils nous rappellent qu’il ne suffit pas de « recevoir la Lumière », mais qu’il faut s’initier soi-même en la saisissant et en s’en servant pour éclairer les travaux.
Ils nous rappellent la morale, et le but du Franc-Maçon ainsi que l’obstination nécessaire pour transcender le rituel.
Un livre pour qui ?

Pour les Francs-Maçons de toutes obédiences d’abord. Surtout ceux qui se sentent concernés par l’occultisme, comme ceux qui s’adonnent au Rite Égyptien par exemple. Pour les curieux des sociétés initiatiques et de leurs fondations.
Il est quand même intéressant d’avoir une culture (para)maçonnique pour bien appréhender le texte et en comprendre le sens dans son entier. Le profane pourrait trouver certaines choses incongrues, naïves ou surfaites, et sans en comprendre le symbolisme profond, ce serait bien naturel. Pourtant, dans les rituels comme dans les enseignements, rien n’est laissé au hasard, et le symbolisme, à plusieurs niveaux de compréhension, est d’une importance capitale. A chacun de le comprendre et de le découvrir. Leur façon d’écrire le rituel est très ingénieuse, et nous avons à faire avec des occultistes qui nous prouvent leurs très hautes compétences, et leur parfaite compréhension du processus initiatique.
Ajoutons que vous trouverez, comme d’habitude chez cet éditeur, une bibliographie conséquente, avec des sources en français, en anglais, mais aussi et surtout en allemand.
Sesheta Publications publie ici un livre rare, édité à seulement 200 exemplaires. Autant dire qu’il n’y en aura pas pour tout le monde, et qu’il faudra arriver tôt pour être servi. L’intérêt pour la Maçonnerie ancienne et ses enseignements occultes grandissant en France, c’est une chance de pouvoir lire un tel texte qui éclaire grandement notre compréhension de la vision, qu’avaient ces Frères du passé, du Grand Œuvre.
Livre imprimé en grand format pour pouvoir profiter d’une lecture plus facile des rituels et des enseignements, il contentera les chercheurs et les curieux de vieilles sagesses.
Un travail précieux que l’on aimerait voir plus souvent en France.
Une perle de bibliothèque à ne surtout pas rater !

A commander ici : http://www.sesheta-publications.com/collections-livres/rose-croix/Freres-saint-jean-asie-en-europe.html

Présentation de l’éditeur :

FRANC-MAÇONNERIE
HERMÉTIQUE & KABBALISTIQUE AU XVIIIe SIÈCLE :

Les FRÈRES & CHEVALIERS de
SAINT-JEAN l’ÉVANGÉLISTE
d’ASIE en EUROPE
Édité, introduit & commenté par
Jennifer Marty, Lawrence Deplanche & Fred MacParthy

Traduit de l’Allemand par Béatrice Descamps.

Méconnue dans notre hexagone, cette branche de Franc-Maçonnerie nommée LES CHEVALIERS ET FRÈRES DE SAINT JEAN L’ÉVANGÉLISTE D’ASIE EN EUROPE a eu son heure de gloire dans la franc-maçonnerie de l’est et du nord de l’Europe en cette fin du dix-huitième siècle.

Première maçonnerie allemande à accepter des Frères Juifs au sein de leur loge, ils influencèrent, et influencent encore des Rites comme le Rite Écossais Rectifié, de la Stricte Observance Templière, le Rite Suédois, etc.

Les fondateurs de cet Ordre, les Frères Hans Heinrich & Karl von Ecker und Eckhoffen, instaurèrent une vision théosophique, hermétique, kabbalistique, alchimique & illuministe en cinq grades au delà des Loges Bleues.

En pleine période de “l’Aufklärung” allemand, ils apportèrent une parfaite synthèse des enseignements traditionnels, à travers des développements dignes d’intérêts pour les chercheurs en qu^ête d’une Vision Humaniste différente du rationnalisme des encyclopédistes Français et du Matérialisme qui sévissait en Europe en cette période troublée.

LES FRÈRES DE SAINT JEAN L’ÉVANGÉLISTE D’ASIE EN EUROPE réussir à intégrer avec brillo les enseignements de la Kabbale Chrétienne, de l’Abbé Trithème, de Jacob Bœhme, en passant par les enseignements de Martinès de Pasqually et de ses Chevaliers-Maçons Élus Coêns de l’Univers, de l’Illuminisme de Louis-Claude de Saint Martin, de l’alchimie des Rose-Croix d’Or d’Ancien Système etc.
Au-delà de l’intérêt historique que représente la publication de ces enseignements, la vision que les Frères Asiatiques avaient de la Franc-Maçonnerie peut également renouveler notre propre vision de la maçonnerie contemporaine

 

Publicités